Chargement...

Des médecins engagés aux côtés de leurs patients

L’imagerie médicale au cœur de la médecine moderne urgence-medicale-imagerie
L'imagerie médicale est au coeur de la démarche diagnostique. La plupart des diagnostics font appel à des actes d’imagerie réalisés dans les cabinets de ville, dans les établissements de santé privés. L’introduction de l’imagerie dans la médecine a permis de moderniser les pratiques médicales.
meilleure-prise-en-charge

POURQUOI ?

Grâce à elle, les médecins, quelle que soit leur spécialité, ne sont plus « aveugles » et disposent ainsi de moyens d’investigation toujours plus poussés et en constante évolution grâce aux progrès technologiques permanents dans ce secteur. En savoir +

Au service de tous les patients en particulier
L’une des grandes caractéristiques de l’imagerie médicale libérale,
c’est qu’elle est accessible facilement à tous les patients : il suffit d’un coup de téléphone
pour obtenir un rendez-vous au cabinet de radiologie le plus proche de son domicile.
Rdv-cabinet-radiologie

Dans tous les cabinets de radiologie, les patients trouvent des médecins radiologues disponibles pour réaliser les examens nécessaires avec leur équipe de manipulateurs et ensuite les interpréter. Ils mettent à la disposition des patients les appareils les plus appropriés pour réaliser l’examen le plus adapté à l’état de santé de chacun.

Les médecins radiologues libéraux reçoivent tous les patients, quelle que soit leur situation personnelle, et ils traitent chacun d’entre eux individuellement, car chaque patient est particulier, pour lui apporter la meilleure réponse, en fonction de son besoin de soins, et toujours avec le plus haut niveau d’expertise médicale.

L’accès aux soins : un engagement au plus près des patients dans tous les territoires

L’accés aux soins est un engagement concret et de longue date
pour les médecins radiologues libéraux,
bien avant que les pouvoirs publics ne se saisissent de ce problème

acces aux soins
  • L'accès aux soins

    Pour les patients, l’accès aux soins c’est la possibilité de trouver à proximité de leur domicile un cabinet de radiologie où ils pourront faire leurs examens, effectuer leur suivi, et y faire le dépistage du cancer du sein.
  • La présence territoriale

    Le maillage territorial est assuré par des cabinets libéaux de proximité présents sur tout le territoire, en ville comme dans les zones rurales, y compris dans les secteurs où il n’y a plus d’établissement hospitalier. Les radiologues libéraux participent à la permence des soins ce qui, là encore, contribue à l’accès aux soins.
  • La permanence des soins

    Les médecins radiologues libéraux assurent la permanence des soins dans les établissements de santé privés. Ils participent aussi aux services d'urgence dans les établissements publics.

des médecins radiologues exercent en secteur 1 et appliquent les tarifs de l’assurance maladie.

Une majorité de médecins radiologues proposent le tiers payant à leurs patients, ce qui les dispense de faire l’avance de leur frais médicaux.


Tous les médecins radiologues conventionnés appliquent le tiers payant sytématique aux patients bénéficiaires de la CMU
et de l’aide à l’aquisition d’une complémentaire santé.

Une prise en charge de qualitépour la sécurité et le bien-être du patient
Les médecins radiologues contribuent fortement à la qualité des soins, par leur niveau d'expertise médicale
et les efforts d'investissement qu'ils réalisent, à titre individuel, pour se doter des équipements les plus performants
(tables radiologiques, mammographes, échographes, scanners, IRM, …)
et offrir ainsi à leurs patients les moyens d'un diagnostic toujours plus précis.
etude-diplome-radiologie

Les médecins radiologues suivent 14 années d’études de médecine spécialisée. Une fois installés, ils se forment tout au long de leur carrière, pour maintenir leur connaissance mais aussi pour être à jour des derntières évolutions de la médecine, des techniques médicales et de la science.

Tous les radiologues qui réalisent des mammographies de dépistage du cancer du sein suivent une formation spécifique.


Tous les cabinets de radiologie libérale
appliquent les règles de radioprotection qui protègent les patients.


Les médecins radiologues libéraux sont aussi engagés dans une ‟démarche qualité” très poussée qui va au-delà des exigences des pouvoirs publics. Ils ont mis au point une démarche d’accréditation, « Labelix », pour certifier le respect d’un haut niveau de qualité de service et de sécurité dans les cabinets d'imagerie médicale.

Ce label est construit autour de contraintes médicales et techniques visant la conformité et la sécurité des installations, mais surtout, et c’est une volonté de la profession, il accorde une grande place au patient et à son bien-être dans le cabinet.

depistage-cancer-du-sein-france

Le dépistage organisé du cancer du sein est une initiative des médecins radiologues libéraux qui a fait l’objet d’une première expérimentation à la fin des années 1980.

A partir de 2004, il a été généralisé par les pouvoirs publics sur l'ensemble du territoire. La participation des médecins radiologues libéraux (plus de 1200 cabinets libéraux) est importante puisque 87% d'entre eux y sont engagés et que 8 mammographies sur 10 sont réalisées dans leurs cabinets.

depistage-cancer-france

Dans le cadre du dépistage, toutes les mammographies font l'objet d'une seconde lecture par un second médecin radiologue expert. Tous les médecins radiologues qui réalisent des mammographies ont suivi une formation complémentaire. Le radiologue deuxième lecteur a une formation spécifique. Enfin, la qualité des équipements est contrôlée périodiquement.

Une profession qui doit être entendue par les pouvoirs publics

L’imagerie médicale rend de nombreux services aux patients.
Elle est indispensable à la médecine moderne du XXIe siècle, qui s’appuie sur des examens de plus en plus fiables pour établir des diagnostics plus précis et plus précoces au bénéfice du patient.

surcout-iumagerie-medicale

Malheureusement, trop souvent, les pouvoirs publics continuent de ne voir dans l’imagerie médicale qu’un poste de dépenses budgétaires, alors qu’elle est un investissement d’avenir porteur d’économies. L’imagerie médicale est une chance pour la santé de nos concitoyens et pour notre pays.

Aujourd’hui, plus que jamais, cette profession a besoin de l'écoute des pouvoirs publics.

IRM : le choix du rationnement et des délais d’attentes
Le sous-équipement de la France en IRM n’a fait que croître ces dernières années au détriment des patients.
Notre pays ne compte que 10 IRM par million d’habitants alors que la moyenne européenne s’établit à 20 IRM.
Les conséquences sont que les délais d’attente pour un examen d’IRM demeurent beaucoup trop importants
et qu'il existe encore des disparités fortes entre les régions.
delais attente FNMR

Les autorisations de ces équipements sont délivrées au compte-goutte par les pouvoirs publics. En effet, les dépenses d’imagerie sont considérées, à tort, comme un poids financier alors qu’elles permettent d’éviter, le plus souvent, d’autres examens complémentaires. Elles génèrent des économies d’examens divers. La détection précoce de certaines pathologies permet, en effet, de réduire, voire d’éviter, des interventions chirurgicales et/ou des hospitalisations toujours très coûteuses, et d’avoir recours à certains traitements moins lourds donc moins onéreux pour les patients. La France doit rattraper son retard et s’équiper pour faire disparaître les files d’attente et permettre au plus grand nombre de patients d’accéder dans des délais normaux aux examens d’IRM.

médecins-radiologues-investir-progrès

D’un côté, les pouvoirs publics limitent volontairement le nombre de machines, notamment d’IRM, de l’autre, ils font des coupes budgétaires qui limitent les capacités financières de la profession pour acquérir les équipements nécessaires.

Les plans d’économies successifs imposés depuis 2007 à l’imagerie médicale et l’instabilité financière qui en découle, ont mis en difficulté une profession qui a toujours assumé les investissements nécessaires à la mise en service de technologies innovantes.

économie-imagerie-medicale investissement irm

Limités dans leur capacité d’investissement, les médecins radiologues ne peuvent plus adapter rapidement leurs équipements comme ils l’ont toujours fait jusqu’à présent, afin de mettre à la disposition de leurs patients les technologies de pointe permettant les diagnostics les plus précis et les plus précoces pour la meilleure prise en charge possible.

Le Projet Professionnel Commun présenté par la profession est un moyen de faire face aux besoins en imagerie médicale. Les pouvoirs publics doivent favoriser sa mise en œuvre.


Les pouvoirs publics doivent favoriser le Projet Professionnel Commun

L’imagerie médicale est un investissement et non un surcoût dans le budget de l’assurance maladie acces aux soins

Les pouvoirs publics et l’assurance maladie ne parviennent pas à changer leur regard sur l’imagerie médicale. Pour faire face aux déficits, ils n’ont qu’un objectif : tailler dans les dépenses en commençant par l'imagerie.

Ainsi ils ont réduit les dépenses d’imagerie médicale, oubliant qu’ils pouvaient réaliser des économies plus grandes encore en considérant ce poste comme un investissement productif et non comme une dépense.

économie-imagerie-medicale investissement-imagerie-medicale
Des emplois de proximité menacés
emplois-radiologie-menaces

Le cabinet de radiologie est une véritable entreprise et le médecin radiologue joue à ce titre un rôle économique important. Il emploie des salariés, et fait appel à de nombreux fournisseurs et prestataires.

Les médecins radiologues emploient directement 25 000 salariés (secrétaires médicales, manipulateurs, radiophysiciens, informaticiens, personnel d’entretien et de maintenance, …).

Freiner l’imagerie médicale, c’est mettre en danger de nombreux cabinets de radiologie médicale et détruire avec eux de nombreux emplois de proximité.